01 April 2008

SACERDOS IN AETERNUM

Alas, alas, for those who died without fulfilling their mission! Who were called to be holy, and lived in sin; who were called to worship Christ, and who plunged into this giddy and unbelieving world; who were called to fight, and remained idle. Alas for those who have had gifts and talents, and have not used, or misused, or abused them! The world goes on from age to age, but the holy Angels and blessed Saints are always crying, ‘alas, alas, and woe, woe, over the loss of vocations, and the disappointment of hopes, and the scorn of God’s love, and the ruin of souls.'

--Ven. John Henry Cardinal Newman

We each have classes of people we admire: for some, it’s firemen, for others, soldiers, for still others, doctors, teachers, missionaries. As for me, I adore priests. It’s difficult to express how thunderstruck I was by the mere idea of priests upon my conversion to the Catholic faith several years ago. I hadn’t given them much thought before that, but once I learned and came to believe that the Eucharist is the living and real presence of Our Lord, that He comes to us in a humble piece of bread through the words spoken by a priest—one who has received the sacrament of ordination and bears the unalterable stamp of Christ’s divinity on his soul, who has forsaken marriage and earthly fatherhood for the higher calling of becoming spiritual father to many—I was captivated, rapt with delight. What, after all, is more inspiring than the faithful priest, the one who has used his talents well, who has loved Christ to the end (and for many, an end in martyrdom, if not in body then in soul)? Ah yes, I adore priests and have a special love for them, and pray for them daily: the strong and the steadfast, the feeble and the faltering, the trustworthy and the false.

In this modern age, when the distinction between priest and layman is obscured, when the priesthood has been marred by scandal, when so many priests have forgotten what it is to be a priest and the immense vocation to which they have been called, I always like to return to the words of St. Alphonsus Liguori on the sublime dignity of the priesthood and its utter uniqueness among all vocations.

The Dignity and Duties of the Priest
St. Alphonsus Liguori
[Version française au-dessous]

I
Idea of the Priestly Dignity


In his epistle to the Christians of Smyrna, St. Ignatius, Martyr, says that the priesthood is the most sublime of all created dignities: "The apex of dignities is the priesthood." St. Ephrem calls it an infinite dignity: "The priesthood is an astounding miracle, great, immense, and infinite." St. John Chrysostom says, that though its functions are performed on earth, the priesthood should be numbered among the things of Heaven." According to Cassian, the priest of God is exalted above all earthly sovereignties, and above all celestial heights-----he is inferior only to God. Innocent III says that the priest is placed between God and man; inferior to God, but superior to man. St. Denis calls the priest a Divine man. Hence he has called the priesthood a Divine dignity. In fine, St. Ephrem says that the gift of the sacerdotal dignity surpasses all understanding. For us it is enough to know, that Jesus Christ has said that we should treat his priests as we would his own person: "He tkat heareth you, heareth Me; he tkat despiseth you, desptseth Me." Hence St. John Chrysostom says, that "he who honors a priest, honors Christ, and he who insults a priest, insults Christ." Through respect for the sacerdotal dignity, St. Mary of Oignies used to kiss the ground on which a priest had walked.


II
Importance of the Priestly Office

...
The entire Church cannot give to God as much honor, nor obtain so many graces, as a single priest by celebrating a single Mass; for the greatest honor that the whole Church without priests could give to God would consist in offering to Him in sacrifice the lives of all men. But of what value are the lives of all men compared with the sacrifice of Jesus Christ, which is a sacrifice of infinite value? What are all men before God but a little dust? As a drop of a bucket, as a little dust. They are but a mere nothing in His sight: All nations are before Him as if they had no being at all. Thus, by the celebration of a single Mass, in which he offers Jesus Christ in sacrifice, a priest gives greater honor to the Lord, than if all men by dying for God offered to Him the sacrifice of their lives. By a single Mass, he gives greater honor to God than all the Angels and Saints, along with the Blessed Virgin Mary, have given or shall give to Him; for their worship cannot be of infinite value, like that which the priest celebrating on the altar offers to God. Moreover, in the holy Mass, the priest offers to God an adequate thanksgiving for all the graces bestowed even on the Blessed in Paradise; but such a thanksgiving all the Saints together are incapable of offering to Him. Hence it is, that on this account also the priestly dignity is superior even to all celestial dignities. Besides, the priest, says St. John Chrysostom, is an ambassador of the whole world, to intercede with God and to obtain graces for all creatures.. The priest, according to St. Ephrem, "treats familiarly with God." To priests every door is open. Jesus has died to institute the priesthood. It was not necessary for the Redeemer to die in order to save the world; a drop of His Blood, a single tear, or prayer, was sufficient to procure salvation for all; for such a prayer, being of infinite value, should be sufficient to save not one but a thousand worlds. But to institute the priesthood, the death of Jesus Christ has been necessary. Had he not died, where should we find the victim that the priests of the New Law now offer? a victim altogether holy and immaculate, capable of giving to God an honor worthy of God. As has been already said, all the lives of men and Angels are not capable of giving to God an infinite honor like that which a priest offers to Him by a single Mass.

III
Grandeur of the Priestly Power

The dignity of the priest is also estimated from the power that he has over the real and the mystic body of Jesus Christ. With regard to the power of priests over the real body of Jesus Christ, it is of faith that when they pronounce the words of consecration the Incarnate Word has obliged Himself to obey and to come into their hands under the Sacramental Species. We are struck with wonder when we hear that God obeyed the voice of Josue-----The Lord obeying the voice of man-----and made the sun stand when He said move not, O sun, towards Gabaon . . . and the sun stood still. But our wonder should be far greater when we find that in obedience to the words of his priests-----HOC EST CORPUS MEUM-----God Himself descends on the altar, that He comes wherever they call Him, and as often as they call Him, and places Himself in their hands, even though they should be His enemies. And after having come, He remains, entirely at their disposal; they move Him as they please, from one place to another; they may, if they wish, shut Him up in the tabernacle, or expose Him on the altar, or carry Him outside the church; they may, if they choose, eat His flesh and give Him for the food of others. "Oh, how very great is their power," says St. Laurence Justinian, speaking of priests. "A word falls from their lips and the body of Christ is there substantially formed from the matter of bread, and the Incarnate Word descended from Heaven, is found really present on the table of the altar! Never did Divine goodness give such power to the Angels. The Angels abide by the order of God, but the priests take Him in their hands, distribute Him to the faithful, and partake of Him as food for themselves."

With regard to the mystic body of Christ, that is, all the faithful, the priest has the power of the keys, or the power of delivering sinners from Hell, of making them worthy of Paradise, and of changing them from the slaves of Satan into the children of God. And God Himself is obliged to abide by the judgment of His priests, and either not to pardon or to pardon, according as they refuse or give absolution, provided the penitent is capable of it. "Such is," says St. Maximus of Turin, "this judiciary power ascribed to Peter that its decision carries with it the decision of God." The sentence of the priest precedes, and God subscribes to it, writes St. Peter Damian. Hence, St John Chrysostom thus concludes: The sovereign Master of the universe only follows the servant by confirming in Heaven all that the latter decides upon earth." Priests are the dispensers of the Divine graces and the companions of God." Consider the priests," says St. Ignatius, Martyr, "as the dispensers of Divine graces and the associates of God." "They are," says St. Prosper, "the glory and the immovable columns of the Church; thay are the doors of the eternal city; through them all reach Christ; they are the vigilant guardians to whom the Lord has confided the keys of the kingdom of Heaven; they are the stewards of the king's house, to assign to each according to His good pleasure His place in the hierarchy."

Were the Redeemer to descend into a church, and sit in a confessional to administer the Sacrament of Penance, and a priest to sit in another confessional, Jesus would say over each penitent, "Ego te absolvo," the priest would likewise say over each of his penitents, "Ego te absolvo," and the penitents of each would be equally absolved. How great the honor that a king would confer on a subject whom he should empower to rescue from prison as many as he pleased! But far greater is the power that the eternal Father has given to Jesus Christ, and that Jesus Christ has given to his priests, to rescue from Hell not only the bodies but also the souls of the faithful: "The Son," says St. John Chrysostom, "has put into the hands of the priests all judgment; for having been as it were transported into Heaven, they have received this Divine prerogative. If a king gave to a mortal the power to release from prison all prisoners, all would pronounce such a one happy; but priests have received from God a far greater power, since the soul is more noble than the body."

IV
The Dignity of the Priest Surpasses all other Created Dignities


Thus the sacerdotal dignity is the most noble of all the dignities in this world." Nothing," says St. Ambrose, "is more excellent in this world." It transcends, says St. Bernard, "all the dignities of kings, of emperors, and of Angels." According to St. Ambrose, the dignity of the priest as far exceeds that of kings, as the value of gold surpasses that of lead. The reason is, because the power of kings extends only to temporal goods and to the bodies of men, but the power of the priest extends to spiritual goods and to the human soul. Hence, says St. Clement, "as much as the soul is more noble than the body, so much is the priesthood more excellent than royalty." "Princes," says St. John Chrysostom, "have the power of binding, but they bind only the bodies, while the priest binds the souls." The kings of the earth glory in honoring priests: "It is a mark of a good prince," says pope St. Marcellinus, "to honor the priests of God." "They willingly," says Peter de Blois, "bend their knee before the priest of God; they kiss his hands, and with bowed down head receIve his benediction." "The sacerdotal dignity," says St. Chrysostom, "effaces the royal dignity; hence the king inclines his head under the hand of the priest to receive his blessing."




Version française
CHAPITRE PREMIER.
DE LA DIGNITE DU PRETRE.


« Rien de plus grand, dit saint Ignace le Martyr, que la dignité sacerdotale . » Non con-tent d'élever le sacerdoce au-dessus de toutes les dignités créées, saint Éphrem le proclame une dignité infinie. « Étonnante merveille! s'écrie-t-il, sublime, immense, infinie est la dignité sacer-dotale . » « Sans doute, remarque saint Jean Chrysostome, le sacerdoce s'exerce ici-bas et parmi les hommes; cependant il faut le compter au nombre des choses célestes . » S'inspirant de saint Augustin, qui place le sacerdoce bien au-dessus de toutes les dignités soit terrestres, soit célestes, et ne le déclare inférieur qu'à Dieu seul, un auteur s'écrie : « O prêtre du Seigneur, admirez l'élévation du ciel, et sachez que vous êtes plus élevé; admirez la sublimité des trônes les plus glorieux, et sachez que vous êtes plus sublime : vous n'avez au-dessus de vous que Dieu seul, votre créateur. » Innocent III dit également : « Le prêtre, constitué médiateur entre Dieu et l'homme, est inférieur à Dieu, mais bien supérieur à l'homme. »

Saint Denys l'Aréopagite ajoute même: « Parler du prêtre, c'est éveiller l'idée d'un être divin, et par conséquent, dit-il encore, sa dignité n'est pas seulement angélique, elle est divine3. » Aussi, d'après saint Éphrem, « impossible que personne comprenne la magnificence de la dignité sacerdotale. » Il suffit, du reste, de penser que Jésus-Christ nous fait un devoir de considérer les prê-tres comme d'autres lui-même. Qui vous écoute, m'écoute, et qui vous méprise, me méprise. « Donc, conclut saint Jean Chrysostome, celui qui honore le prêtre du Christ, honore le Christ lui-même; comme aussi, il insulte le Christ, celui qui insulte le prêtre du Christ. » Sainte Marie d'Oignies avait une telle vénération pour la dignité des prêtres, qu'elle baisait sur le sol l'empreinte de leurs pas.

DE LA DIGNITÉ DU PRETRE.
I.
GRANDE DIGNITÉ DU PRÊTRE A RAISON DE SES FONCTIONS.


La dignité des prêtres se mesure d'abord sur la grandeur des fonctions qu'ils ont à remplir. Choisis par Dieu lui-même, ils doivent exécuter ici-bas ses desseins et veiller à ses intérêts. « Di-vins sont les ministères confiés aux prêtres, » dit saint Cyrille d'Alexandrie. Saint Ambroise ajoute : « Il faut regarder le ministère sacerdotal comme une profession divine. »

Le prêtre est le ministre chargé par Dieu, en qualité d'ambassadeur public de toute l'Église, d'honorer sa majesté divine et d'obtenir les grâces d'en haut pour tous les fidèles. L'Église tout entière ne peut procurer à Dieu autant de gloire ni aux fidèles une aussi grande abondance de grâces, qu'un seul prêtre par la célébration d'une seule messe; car, en dehors des prêtres, ce que toute l'Église pourrait faire de plus grand pour l'honneur de Dieu, ce serait de lui sacrifier la vie de tous les hommes. Mais que serait l'immolation de tout le genre humain en regard de ce sacrifice où le prêtre offre la vie de Jésus-Christ, et qui est d'une valeur infinie ? En effet, devant Dieu, que sont tous les hommes ? Un peu de poussière, comme le dit Isaïe : Les nations sont semblables à une goutte d'eau échappée d'une coupe, elles sont semblables à une poussière légère ; moins encore, elles sont un pur néant, ainsi que l'affirme également Isaïe: Comme si elles n'étaient pas, voilà ce que sont les nations devant Dieu. Quand donc le prêtre célèbre la sainte messe, il procure à Dieu, en lui sacrifiant Jésus-Christ, une gloire infiniment plus grande que si tous les hommes se dévouaient à la mort pour lui faire le sacrifice de leur vie. Que dis-je? par une seule messe, le prêtre honore Dieu bien plus que ne l'ont honoré et que ne l'honoreront jamais tous les anges et tous les saints du ciel, sans même excepter la très sainte vierge Marie ; car tous en-semble ne peuvent lui rendre un culte qui soit infini comme le culte rendu par le prêtre quand il célèbre à l'autel.

En outre, chaque fois qu'un prêtre offre le saint sacrifice, il présente à Dieu de dignes actions de grâces pour tous ses bienfaits, même pour ceux dont les bienheureux du ciel lui sont redevables. Or les bienheureux eux-mêmes, en unissant toutes leurs actions de grâces, ne peuvent digne-ment remercier Dieu. Ainsi, à ce point de vue encore, la dignité sacerdotale surpasse toutes les dignités, y compris celles du ciel.

Il attire ses bénédictions sur tous.

Enfin le prêtre est l'ambassadeur de tout le genre humain auprès de Dieu : comme tel, il le prie pour toutes les créatures, et sur toutes il fait descendre les bénédictions divines. « C'est l'univers tout entier, dit saint Jean Chrysostome, qui députe le prêtre vers Dieu pour lui demander des grâces. » Saint Éphrem ajoute : « Il a ses entrées franches auprès de Dieu, » tellement que toutes les portes lui sont toujours ouvertes.

Pour créer un prêtre, il a fallu la mort de Jésus-Christ. Il n'était pas nécessaire que le Rédemp-teur mourût pour sauver le monde. Une goutte de sang, une seule larme, la moindre prière suffi-sait pour obtenir le salut de tous, parce que cette prière était d'une Valeur infinie, et par conséquent suffisante pour sauver le monde tout entier, et même mille mondes. Mais, pour qu'il y eût un prêtre sur la terre, la mort de Jésus-Christ était nécessaire. Quel moyen, sans cela, d'avoir la victime qu'offrent maintenant à Dieu les prêtres de la nouvelle loi, victime toute sainte et toute pure, victime suffisante pour rendre à Dieu un honneur digne de Dieu ? En vain tous les hom-mes et tous les anges sacrifieraient-ils leur vie : ce serait trop peu, comme nous l'avons déjà dit, pour procurer à Dieu un honneur infini, tel que lui en procure un prêtre par une seule messe.

II.
GRANDE DIGNITÉ DU PRÊTRE À RAISON DE SON POUVOIR SUR LE CORPS DE JÉSUS-CHRIST.


La dignité du prêtre se mesure, en second lieu, au pouvoir qu'il exerce sur le corps réel et sur le corps mystique de Jésus-Christ.

Quant au corps réel, la foi nous enseigne que le Verbe incarné s'est obligé d'obéir à la voix du prêtre qui consacre, et de descendre dans les mains de son ministre sous les espèces sacramentelles. Avec quel étonnement nous, lisons que Dieu, obéissant à la voix d'un homme, fit arrêter le soleil aussitôt que Josué se fut écrié : Soleil, ne te meus pas contre Gabaon... Et le soleil s'arrêta au milieu du ciel. Mais combien notre étonnement augmente quand nous considérons qu'au moment où le prêtre pro-nonce ces courtes paroles : Hoc EST CORPUS MEUM, Dieu se fait obéissant jusqu'à descendre du ciel en quelque lieu et aussi souvent que le prêtre l'appelle; et même il se place entre les mains du prêtre, celui-ci fût-il son plus mortel ennemi. Descendu sur l'autel, il reste là, entièrement à la disposition de son ministre ; et dès lors, libre au prêtre de le transporter d'un lieu à un autre, partout où bon lui semble ; libre encore au prêtre de le renfermer dans le tabernacle, de l'exposer sur l'autel, de le porter hors de l'église ; libre enfin au prêtre de le prendre lui-même ou de le donner aux autres en nourriture. « Quelle puissance, s'écrie saint Laurent Justinien, puissance infinie que celle des prêtres ! Un mot tombe de leurs lèvres, et le corps du Christ est là, substantiellement formé de la matière du pain, et le Verbe incarné, descendu du ciel, se trouve réellement présent sur la table de l'autel ! Jamais la bonté divine n'accorda semblable puissance aux anges. Les anges se tiennent aux ordres de notre Dieu ; mais les prêtres le prennent en mains, ils le distribuent aux fidèles, ils se le donnent à eux-mêmes. »

Quant au corps mystique de Jésus-Christ, lequel se compose de tous les fidèles, le prêtre a sur lui le pouvoir des clefs; et ainsi peut-il délivrer les pécheurs de l'enfer, les rendre dignes du ciel et les changer d'esclaves du démon en enfants de Dieu. « Tel est, dit saint Maxime de Turin, ce pouvoir judiciaire attribué à Pierre, que sa décision entraîne celle de Dieu. » Oui, Dieu lui-même est lié par la sentence de son mi-nistre, tellement qu'il doit accorder ou refuser le pardon, suivant que le prêtre, connaissant les dispositions du pénitent, accorde ou refuse l'absolution. Le prêtre profère donc la sentence, et Dieu y souscrit, ou, comme s'exprime saint Pierre Damien, « la sentence de Pierre précède celle du Rédempteur. » « Ainsi, conclut saint Jean Chrysostome, le Maître marche à la suite du serviteur : quelque décision que prenne ici-bas le serviteur, elle est ratifiée là-haut parle Maître. »

Les prêtres sont en même temps les dispensateurs des trésors de Dieu et ses auxiliaires. « Considérez les prêtres, dit saint Ignace le Mar-tyr, comme les économes préposés à la maison de Dieu et comme les compagnons de ses tra-vaux. » « Ils sont, dit saint Prosper, l'honneur et les inébranlables colonnes de l'Eglise; ils sont les portes de la cité éternelle ; par eux, tous par-viennent jusqu'au Christ ; ils sont les gardiens vigilants auxquels le Seigneur a confié les clefs du royaume des cieux ; ils sont les économes de la maison du roi pour assigner à chacun, selon leur bon plaisir, sa place dans la hiérarchie. »

Si le Rédempteur venait dans quelque église occuper un confessionnal pour administrer le sacrement de pénitence, et qu'un prêtre, à quel-ques pas de là, entendît également une confes-sion, Jésus-Christ proférerait les paroles de l'absolution : EGO TE ABSOLVO et le prêtre dirait de son côté : EGO TE ABSOLVO ; sans nul doute l'une et l'autre sentence produirait le même résultat, à savoir la rémission des péchés. Quel honneur pour un sujet, si son roi l'autorisait à mettre en liberté tous les prisonniers qu'il voudrait ! Bien plus grand est le pouvoir accordé par le Père éternel à Jésus-Christ et transmis par Jésus-Christ aux prêtres, pour délivrer de l'enfer les âmes et non pas seulement les corps. Écoutons saint Jean Chrysostome exprimer cette vérité : « Le Fils a remis tout jugement entre les mains des prêtres... Car c'est bien pour les investir de cette sublime préro-gative, qu'il les a, peut-on dire, transportés dans le ciel. Si un roi avait fait à l'un de ses sujets l'honneur de permettre qu'il mît en liberté tous les prisonniers comme bon lui semblerait, voilà, dirait-on, le plus heureux des mortels. Or le prêtre a reçu de Dieu un pouvoir d'autant plus grand, que l'âme l'emporte sur le corps.»

La dignité sacerdotale surpasse donc toutes les dignités de la terre. « Non, dit saint Ambroise, il n'est rien de plus excellent ici-bas . » Les rois, les empereurs, les anges eux-mêmes, sont inférieurs aux prêtres. « Ministres du Seigneur, s'écrie saint Bernard, Dieu vous a élevés au-dessus des rois et des empereurs ; il vous a même exaltés par-dessus les anges. » « Le plomb ne le cède pas plus à l'éclat de l'or, dit saint Ambroise, que la royauté ne le cède à la dignité sacerdotale ; et l'or ne l'emporte pas plus sur un métal vulgaire que le sacerdoce sur la royauté. » La raison en est que les rois ont autorité seulement sur les choses temporelles et sur les corps ; mais les prêtres ont autorité sur les biens spiri-tuels et sur les âmes. « Par conséquent, remarque saint Clément pape, autant l'âme est plus noble que le corps, autant le sacerdoce est plus noble que la royauté1. » « Sans doute, dit saint Jean Chrysostome, les rois ont le pouvoir de lier, mais ils ne lient que les corps, tandis que le prêtre lie les âmes . »

Les anges du ciel ne sont pas capables tous ensemble de remettre un seul péché. Quant aux anges gardiens, ils ont à veiller sur les âmes qui leur sont confiées ; mais, lorsque celles-ci se trouvent en état de péché, c'est du prêtre que doit venir l'absolution, et c'est au prêtre qu'ils pressent ces âmes de recourir. «Les anges se tiennent là, dit saint Pierre Damien, attendant que le prêtre exerce son pouvoir souverain, mais aucun d'eux n'a le pouvoir des clefs pour lier et pour délier. » Que saint Michel se rende à la prière d'un moribond et vienne l'assister dans ses derniers moments : il pourra bien chasser les démons, mais il ne verra cette âme sortir de leurs chaînes que si un prêtre se présente pour l'absoudre. — Un pieux jeune homme venait de recevoir la prêtrise des mains de saint François de Sales, et il se retirait quand tout à coup il s'arrêta sur le seuil de la porte et parut discuter avec une autre personne comme pour lui céder le pas. Ce que voyant, le saint lui demanda ce qu'il faisait. Le jeune prêtre répondit que Dieu avait daigné lui rendre visible son ange gardien et que celui-ci, au lieu de marcher comme par le passé à sa droite et de le précéder, avait, depuis le moment de l'ordination, passé à sa gauche, ne voulant désormais que venir après lui : c'est pourquoi ils avaient eu ensemble, au moment de sortir, cette pieuse contestation. — Saint François d'Assise disait : « Si un ange du ciel m'apparaissait en compagnie d'un prêtre, je me prosternerais d'abord devant le prêtre, puis devant l'ange. »

La puissance sacerdotale surpasse celle de la sainte vierge Marie elle-même. Car la divine Mère peut, à la vérité, prier pour une âme et ainsi lui obtenir à son gré toutes les grâces, mais elle ne peut l'absoudre, pas même du plus petit pé-ché. « La bienheureuse Vierge était éminem-ment plus parfaite que les apôtres ; pourtant ce n'est pas à elle, dit Innocent III, mais seulement aux apôtres, que le Seigneur confia les clefs du royaume des cieux. » «Vierge bénie, s'écrie saint Bernardin de Sienne, souffrez que je le dise : aussi bien je ne vous manquerai pas de respect: Jésus a placé l'ordre sacerdotal au-dessus de vous. » Et il en donne cette raison : Marie n'a conçu le Verbe qu'une seule fois; mais, par la consécration, le prêtre le conçoit, pour ainsi dire, autant de fois qu'il le veut; tellement que si nous ne possédions pas déjà la présence de notre divin Rédempteur, le prêtre, en pronon-çant les paroles de la consécration, donnerait au monde cette sublime personne de l'Homme-Dieu. « Étonnante dignité des prêtres ! s'écrie saint Augustin ; dans leurs mains, comme dans le sein de la bienheureuse Vierge, s'incarne le Fils de Dieu. »

Les prêtres sont en conséquence appelés les pères de Jésus-Christ, parent es Christi, ose dire saint Bernard. De fait, puisque les prêtres sont la cause active par laquelle la personne de Jésus-Christ existe réellement sous l'hostie consacrée, il s'ensuit que le prêtre peut, d'une certaine manière, s'appeler le créateur de son créateur. En effet, quand il prononce les paroles de la consécration, il crée, pour ainsi dire, Jésus-Christ, car il lui donne l'être sacramentel, et il le produit à l'état de victime qui va s'offrir au Père éternel. Pour créer le monde, Dieu n'eut qu'à proférer une parole : Il a dit, et les choses ont été faites1. De même le prêtre laisse tomber sur le pain cette parole : Hoc EST CORPUS MEUM, et voici que le pain n'est plus du pain, mais le corps de Jésus-Christ.

De là cette remarque de saint Bernardin de Sienne : « La puissance du prêtre est comparable à celle des divines personnes, puisque, pour la transsubstantiation, il ne faut pas moins de puis-sance que pour la création du monde ; » et cette exclamation de saint Augustin : « O prodigieuse sainteté des mains sacerdotales ! ô bienheureuses fonctions du prêtre ! Celui qui m'a créé me donne, si je puis ainsi parler, le pouvoir de le créer lui-même, et celui qui m'a créé sans moi se crée lui-même par moi! » Comparant la parole de Dieu qui créa le ciel et la terre, aux paroles du prêtre qui créent Jésus-Christ, saint Jérôme dit : « Sur un signe de Dieu sortirent du néant et la voûte sublime des cieux et la vaste étendue des terres ; mais non moins grande est la puissance qui se manifeste dans les mystérieuses paroles du prêtre. »

Enfin elle est si grande la dignité dont le prêtre se trouve revêtu, qu'il bénit Jésus-Christ lui-même, alors que Jésus-Christ s'offre comme vic-time à son Père éternel. Car, observe Mansi, dans le sacrifice de la messe, Jésus-Christ est à la fois le principal sacrificateur et la victime : comme principal sacrificateur, lui-même bénit le prêtre; comme victime, il est bénit par le prêtre.

III.
GRANDE DIGNITE DU PRETRE A RAISON DE LA PLACE QU'IL OCCUPE.


La grandeur de la dignité sacerdotale se mesure enfin sur la place si élevée qu'occupe le prêtre. « Le sacerdoce, dit à ce sujet un synode de Chartres, est le poste des saints. »

D'abord les prêtres sont appelés les vicaires de Jésus-Christ, parce qu'ils tiennent sa place ici-bas. « Vous tenez lieu du Christ, leur dit saint Augustin, vous êtes donc ses lieutenants. »

Le prêtre occupe la place de Jésus-Christ à l'autel et au tribunal de la pénitence ; Saint Charles Borromée leur disait également : «Vous remplissez sur la terre le rôle de Dieu lui-même.» Et, longtemps auparavant, l'Apôtre avait dit : Nous faisons les fonctions d'ambassa-deurs pour le Christ, Dieu exhortant par notre bouche. Avant de monter au ciel, notre divin Rédemp-teur mit à sa place les prêtres, afin de continuer ici-bas son office de médiateur entre Dieu et les hommes, et cela premièrement à l'autel. « Que le prêtre, dit saint Laurent Justinien, gravisse, comme un autre Christ, les degrés de l'autel. » « Le prêtre à l'autel, dit aussi saint Cyprien, tient réellement la place du Christ. » Saint Jean Chrysostome ajoute : «Quand vous assistez à la sainte messe, voyez la main de Jésus-Christ invisiblement étendue sur le pain et le vin. »

C'est également la place du Christ que tient le prêtre quand il remet les péchés, et que, profé-rant les paroles de l'absolution, il dit : EGO TE ABSOLVO. Car cette grande puissance que Jésus-Christ avait reçue de son Père éternel pour re-mettre les péchés, lui-même en fait part aux prêtres ; et, selon le mot de Tertullien, « à ses prêtres il fait part de son propre bien. » Pour remettre un péché, il ne faut rien moins que la toute-puissance divine, comme l'Église le déclare dans une de ses oraisons : O Dieu, qui manifestez votre toute-puissance, surtout en nous épargnant, et en nous pardonnant nos péchés... Aussi les Juifs ne se trompaient pas, lorsque, entendant Jésus-Christ accorder au paralytique le pardon de ses fautes, ils se disaient entre eux : Qui peut remet-tre les péchés, sinon Dieu seul ? Or ce que la toute-puissance de Dieu est seule capable de faire, nul doute que le prêtre ne le fasse quand il dit : EGO TE ABSOLVO A PECCATIS TUIS. Car, dans les sacrements, la forme ou plutôt les paroles de la forme, en sortant de la bouche du prêtre, opèrent réellement ce qu'elles signifient. Quelle merveille ce serait de voir un homme, au moyen de quelques mots, rendre blanche la peau d'un nègre ! Bien plus grande est la puissance du prê-tre, puisqu'il lui suffit de dire : EGO TE ABSOLVO, pour qu'à l'instant même le pécheur, d'ennemi de Dieu qu'il était et esclave de l'enfer, devienne l'ami de Dieu et l'héritier du paradis.

Voici le discours que le cardinal Hugues de Saint-Cher met dans la bouche du Seigneur, à l'adresse du prêtre qui absout un pécheur : « J'ai créé le ciel et la terre ; mais je vous donne à faire une meilleure et plus noble création : faites de cette âme qui est dans le péché, une âme nou-velle, c'est-à-dire d'esclave de Satan qu'elle est, faites-en un enfant de Dieu. J'ai fait produire à la terre ses fruits de toutes sortes ; je vous donne à faire une plus belle création : celle d'une âme en état de produire des fruits de salut. » Sans la grâce, l'âme est un arbre desséché et dès lors incapable de rapporter aucun fruit ; mais, sitôt que le ministère du prêtre lui a fait recouvrer la grâce, elle produit des fruits de vie éternelle. « Justifier un pécheur, ajoute saint Augustin, c'est faire une œuvre qui l'emporte sur la créa-tion du ciel et de la terre.» As-tu un bras comme Dieu, demande Job, et peux-tu tonner comme lui? Quel est l'homme dont le bras res-semble à celui de Dieu et dont la voix éclate en tonnerres, comme la voix de Dieu ? C'est le prêtre, car, en donnant l'absolution, il dispose du bras et de la voix de Dieu pour délivrer les âmes de l'enfer.

«Faire l'office du Saint-Esprit, tel est encore, dit saint Ambroise, le rôle du prêtre ; » en d'autres termes, le prêtre, par l'absolution, ac-complit l'œuvre propre du Saint-Esprit, laquelle est la sanctification des âmes. Aussi saint Jean nous fait-il remarquer que le Rédempteur, en don-nant aux prêtres le pouvoir de remettre les péchés, souffla sur eux et leur dit : Recevez le Saint-Esprit. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis, et ceux à qui vous les retien-drez, ils leur seront retenus. C'est ainsi qu'en leur donnant son Esprit, l'Esprit sanctificateur des âmes, il les établit ses coadjuteurs, selon cette parole de l'Apôtre : Nous sommes les coopérateurs de Dieu. « Aux prêtres, dit saint Gré-goire, il appartient de prononcer en dernier ressort, car, de par le droit qu'ils ont reçu du Seigneur, tantôt ils remettent les péchés, tantôt ils les retiennent. »

Combien donc saint Clément pape avait raison d'envisager le prêtre comme une divinité, et de l'appeler en conséquence «un dieu d'ici-bas! » Sur ces paroles de David : Dieu a paru au milieu de l'assemblée des dieux, « ces dieux, dit saint Augustin, ce sont les prêtres, et le Dieu des dieux se plaît à demeurer au milieu d'eux. » « En vérité, ajoute Innocent III, ce n'est pas trop, vu la sublimité de leurs emplois, de considérer les prêtres comme autant de dieux. »
0 comments

Links to this post:

Create a Link

<< Home